Charlie Hebdo contre Médiapart

Faut-il accusé quelqu’un de viol pour s’apercevoir qu’il est dangereux ? 

Car Tariq Ramadan, intellectuel universitaire reconnu mondialement, était déjà pour nombre d’intellectuels de droite ou d’intellectuels musulmans, le visage « politiquement correct » de l’islam politique et de ses partisans (notamment les « Frères musulmans », organisation religieuse et terroriste, fondée par le grand-père de Tariq Ramadan).

Or la gauche multiculturaliste  (Edwy Plenel, Caroline De Haas…) le considère comme défenseur d'un islam compatible avec les démocraties occidentales. Docteur de l’université de Genève (pour une thèse sur son grand-père), titulaire de sept Ijazat (« autorisation » d’enseigner l’Islam qui se transmet de maitre à élève depuis le prophète Mahomet) en sciences islamiques de l'université al-Azhar du Caire, ses compétences sont également reconnues outre-manche où il était (du moins jusqu’aux accusations d’agressions sexuelles) professeur d'études islamiques contemporaines à l'université d'Oxford.

Nous n’entrerons pas dans le débat « viol ou pas viol ». La Justice fera son travail et je ne souhaite pas participer d’une part au mépris dont vont être l’objet les accusatrices de Ramadan ni, d’autre part remettre en question la présomption d’innocence dont bénéficie le prédicateur islamiste.

La position systématiquement pro-islamiste d’une partie de la gauche française me paraît plus intéressante. C’est elle, qui a poussé, notamment Caroline De Hass ou Michèle Cotta, à refuser, à la suite des évènements de Cologne du 31 décembre 2015 (voir mon article), de voir dans « de gentils migrants » des « méchants violeurs » ou de justifier ces actes par la « misère sexuelle » des pays d’origine des auteurs de ces crimes. Ce sera cette même Caroline De Hass, fondatrice de Osez le féminisme qui, comme solution au harcèlement de rue contre les femmes du quartier Chapelle-Pajol, à Paris, proposera (sans rire) d’« élargir les trottoirs » (voir mon article).

C'est cette même position systématique qui empêche Edwy Plenel de condamner fermement Tariq Ramadan et qui est à l’origine de la scission entre Charlie Hebdo et e fondateur de Médiapart. Eric Zemmour décrypte justement le conflit dans sa chronique sur RTL : « Au-delà de la personnalité controversée de Tariq Ramadan, c’est l’islam qui est le cœur de l’affrontement. Pour la gauche multiculturaliste, les musulmans sont des victimes éternelles. Pour la gauche laïcarde, l’islam fondamentaliste et salafiste est une idéologie totalitaire. Cet affrontement est monté lentement en puissance ».

En cela, « je suis Charlie ». La position de Plenel, en parlant de « guerre » et en ne différentiant pas entre musulmans et islamistes, est criminelle.

Aussi, tant que la France, par la voix de son président, n’aura pas fermement condamné les ambitions politiques de l’islam radical par la fermeture des mosquées salafistes et renoncé aux pétrodollars (voir mon article) des monarchies du Golfe (notamment venu du Qatar et d’Arabie Saoudite), la fracture entre les Français perdurera.

© Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ®
Découvrez nos autres blogs !

https://mechantreac.blogspot.com/

https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/
https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/

https://parolesdevangiles.blogspot.com/


http://www.gentilbanquier.fr/

https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/