Du rappeur Médine à « L’Aquarius », entre l’angélisme et le cynisme : la récupération politique ou l’inconsistance française.

https://www.facebook.com/groups/MechantReac/

Cette semaine deux tragédies, l’une jouée en novembre 2015 et l’autre se jouant en ce moment aux larges des côtés de l’Europe du sud, font l’objet de récupérations politiques honteuses de tous bords.

Pour les paroles d'une chanson écrite en 2015 ainsi qu'un album de 2005 intitulé Jihad, la venue du rappeur Médine au Bataclan a déclenché les foudres d'une partie de la classe politique et de certains internautes.

La question n’est pas de savoir si le rappeur Médine a droit de chanter au Bataclan, mais s’il commet un délit en exprimant une idéologie qui prônerait le terrorisme ou inciterait à la haine ?

La question est importante d’abord parce que prononcer une interdiction est toujours un aveu d’échec en démocratie (ici pour la liberté d’expression), ensuite parce qu’en sanctuarisant un lieu comme celui-ci nous faisons le jeu de l’islam politique en offrant d’une part une vitrine et d’autre part de « nouveaux martyr ».

S’il prône le djihadisme ou encourage le terrorisme ou la haine, alors il faut lui interdire de chanter au Bataclan ou ailleurs conformément à notre droit sur la liberté d’expression. Si ses propos sont « légaux » (ce qui ne veut pas dire « légitimes »), alors le débat se déplace du droit vers la conscience des propriétaires de la salle de spectacle. Mais alors, en faisant ce choix de salle, Médine fait preuve de cynisme.

Les 629 migrants secourus en Méditerranée, ce week-end, par « L’Aquarius » ont été, pendant plus de trois jours, le jouet du cynisme des uns ou de l’angélisme des autres.

Le rôle de « L’Aquarius » doit être posé, s’agit-il d’un bateau qui se charge de sauver des migrants naufragés ou d’une organisation qui sous couvert de mission humanitaire est en fait un vaste réseau de passeurs ? 

Il faut être clair. Dans le cas de ces 629 migrants, la France n’aurait pas dû détourner le regard et laisser (ainsi que l’ensemble des européens), une nouvelle fois, l’Italie seule sur la ligne de front. Que faire d’autre que de les accueillir ? Les noyer ? Ce sera alors sans moi. La réponse à l’immigration massive immédiate est dans un premier temps la fermeté en luttant contre les « passeurs » et dans un second temps l’accompagnement du développement économique de l’Afrique (énorme chalan de plus d’un milliard de clients !).

Si « L’Aquarius », et l’association SOS Méditerranée qui l’affrète, respecte bien le code maritime concernant le sauvetage en mer des naufragés, il faut que l’Europe et la France en particulier (du fait de sa côte méditerranéenne) accompagnent cette association pour expliquer et transmettre aux réfugiés, la politique migratoire de notre continent. Si, par contre, il s’avère que « L’Aquarius » récupère ces migrants au large des côtes libyennes, nous avons alors là à faire avec une organisation illégale qui doit être condamnée (les relevés GPS suffisent à déterminer le rôle joué). 

Il existe une voie entre l’angélisme et le cynisme !

https://www.facebook.com/Luttons-contre-lanonymat-des-réseaux-sociaux-206004733375883/?modal=admin_todo_tour