#JeNEnPeuxPlusDesHasthags : aujourd’hui « Je n’en peux plus du #pasdamalgame


A peine les meurtres de Trappes connus que le #pasdamalgame faisait son grand retour sur tous les réseaux sociaux pour ne pas associer le terrorisme islamique aux musulmans.
Alors, il est vrai que dans l'affaire de Trappes, la qualification d’infraction terroriste n’a pas été retenu par le Parquet. « Pas d’amalgame ! » Il n’y a aucun faisceau concordant permettant de qualifier ce double meurtre d’acte terroriste. Je m’étonne tout de même.
L’auteur, Kamel S., de confession musulmane, a été licencié de la RATP pour atteinte à la laïcité, connu de la justice pour une infraction militaire en 2003, poursuivit pour apologie du terrorisme (classée sans suite en 2016 pour infraction insuffisamment caractérisée) et fiché S pour radicalisation. Bref « Monsieur tout le monde » à en croire l’AFP. Absolument pas un profil terroriste ! #pasdamalgame;
Le mode opératoire non plus n’a rien à voir avec le terrorisme. Une attaque au couteau en pleine rue au cri de « Allah Akbar » ne constitue certainement pas un acte terroriste. La circonstance que cet acte survienne au lendemain de l’appel de Abou Bakr al-Baghdadi à poursuivre le « djihad » et que DAESH ait revendiqué l’attentat ne sont pas des preuves convaincantes ! #pasdamalgame;
Que l’auteur soit résidant à Trappes (Yvelines), ville d’où vient la grande majorité des combattants partis en Syrie combattre au côté de DAES n’est qu’un hasard ! #pasdamalgame;
Les victimes sont la mère et la sœur de l’auteur des coups de poignards ainsi qu’une tierce personne dont on ne sait rien. Etre de la famille d’un terroriste empêche-t-il d’être victime de terrorisme ? D’un côté on nous explique que le mobile serait lié à une affaire de famille et de l’autre qu’il s’agit d’un geste de déséquilibré ? S’il est déséquilibré, il n’avait certainement pas conscience de s’en prendre à sa mère et à sa sœur. Ne faut-il pas être déséquilibré pour être un terroriste qui tue femme et enfant ? S’il s’agit d’une affaire de famille, alors qui est la tierce personne ? #pasdamalgame.

Si le #pasdamalgame c’est ne pas faire de raccourcis hâtifs, des généralités malsaines, si le #pasdamalgame c’est ne pas succomber aux préjugés, alors d’accord : « Vive le #pasdamalgame ! » 
Mais le #pasdamalgame ne devrait pas être appelé que dans les cas où des musulmans sont impliqués par les actes de certains de leurs coreligionnaires. Or ce n’est pas le cas ! Cette « vertu » est devenue la propriété de la bien-pensance gauchisante.
Ainsi, les gauchistes ne font pas jouer le #pasdamalgame lorsque qu’un patron véreux est mis en lumière (« les patrons, tous des salauds »), lorsqu’un policier commet des violences illégitimes (« les policiers tous des nazis »), lorsqu’un prêtre est poursuivi dans une affaire de mœurs (« les prêtres tous des pédophiles »), lorsque Madoff est arrêté (« les juifs tous des escrocs »), etc.
A l’inverse, ces mêmes gauchistes n’usent pas du fameux hashtag lorsqu’il s’agit de décrire un comportement positif. Lorsqu’un migrant sauve un enfant en escaladant un immeuble, là aussi il ne faut pas faire d’amalgame !
Le #pasdamalgame est un paravent bien pratique pour toute la classe islamo-gauchiste afin d’empêcher tout débat sur la place de la religion musulmane dans la démocratie française. Ce n’est pas comme ça qu’on évitera les… amalgames.

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !