Népotisme : « A » comme ALDUY(sme) – Perpignan (Pyrénées-orientales)

Népotisme : la nouvelle aristocratie de « A » comme Alduysme (Pyrénées-Orientales) à « Z » comme Zuccarelli (Bastia)

Paul ALDUY rejoint la France libre en 1943 et devient à la Libération le plus jeune préfet de France.

Chef de cabinet du socialiste Guy Mollet, il commence sa carrière politique dans le département des Pyrénées-Orientales où il est élu maire d'Amélie-les-Bains en 1952, conseiller général du canton de Prats-de-Mollo-la-Preste en 1955 et député en 1956.

En mars 1959, il est réélu maire d'Amélie-les-Bains au premier tour et se présente parallèlement au second tour à Perpignan où il bat le maire sortant Félix Depardon. Sa première épouse, Jacqueline ALDUY, lui succède à la mairie d'Amélie-les-Bains tandis qu'il devient maire de Perpignan. Il est également élu conseiller général du canton de Perpignan-Est.

Exclu du Parti socialiste en 1976 « pour comportement opportuniste et anti-unitaire » à l'issue des élections cantonales, en 1978, il apporte son soutien au président Valéry Giscard d'Estaing lors des législatives. Battu aux élections législatives de 1981, il est élu sénateur en 1983. En 1993, le conseil municipal est dissous. L'élection municipale qui s'ensuit est remportée par son fils Jean-Paul.

Paul ALDUY a été condamné le 24 mars 1997 par le tribunal correctionnel de Perpignan à dix mois de prison avec sursis, 80 000 francs d'amende et cinq ans de privation des droits civiques pour abus de confiance parce qu'il a fait bénéficier son épouse d'un emploi fictif de mars 1982 à juillet 1992 au centre communal d'action sociale. Il n'a pas fait appel. Paul ALDUY est mort le





Découvrez nos autres blogs !

https://mechantreac.blogspot.com/

https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/
https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/

https://parolesdevangiles.blogspot.com/


http://www.gentilbanquier.fr/

https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/