https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

Gaspard Koenig: «Toutes les libertés suspendues devront être rétablies intactes, et non pas amoindries»

LE FIGARO. - Avant que le confinement général ne soit décidé, vous avez appelé à ne pas sacrifier nos libertés au nom de la lutte contre le coronavirus. Aujourd’hui, le regrettez-vous?
Gaspard KOENIG. - Pas du tout, car je ne faisais que rappeler les principes les plus basiques de l’État de droit, à savoir que toute restriction des libertés doit être justifiée par la nécessité et la proportionnalité. La jurisprudence administrative n’a d’ailleurs cessé de le rappeler. C’est un débat qu’il est nécessaire d’avoir en démocratie. Les citoyens doivent pouvoir demander raison à l’État des mesures qu’il prend, et ces raisons ne peuvent se résumer au seul facteur sanitaire: nous faisons sans cesse un arbitrage entre le risque et la liberté, comme lorsque l’on décide d’une limitation de vitesse, par exemple.
Je note à ce titre que le comité scientifique comporte heureusement un anthropologue et un sociologue, mais il faudrait encore y ajouter un juriste, un philosophe… Ce n’est pas aux médecins de décider seuls, car les médecins sont liés par le serment d’Hippocrate avec cet objectif unique: sauver des vies. Or l’arbitrage politique doit contrebalancer ce critère avec d’autres finalités que les médecins, eux, ne sont pas tenus de prendre en compte.
À l’inverse, je me méfie de la fascination de certains de nos concitoyens pour le modèle chinois, opaque et autoritaire: l’attitude du régime a plutôt aggravé l’épidémie. L’absence de liberté d’expression et de transparence administrative a retardé les premières mesures, qui auraient pu limiter la propagation du virus. Le maire de Wuhan ne pouvait pas s’exprimer, les médecins lanceurs d’alerte ont été accusés de répandre de fausses informations, et aujourd’hui on soupçonne même la Chine d’avoir menti sur le nombre de morts. La dictature reste le pire moyen de traiter l’information et donc de prendre les décisions adéquates.
Lire la suite de l'article sur LeFigaro.fr
https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !