https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Contrepoints

Col roulé, doudoune et fin du sèche-linge : l'infantilisation continue ! - Par Nathalie Schuck et Ronan Planchon


Comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, la majorité présidentielle fait du populisme sans s'en rendre compte... Depuis plusieurs semaines, députés de la majorité et ministres incitent les Français à limiter leur consommation de gaz et d'électricité en se mettant en scène pour montrer l'exemple. Nathalie Schuck (Le Point) et Ronan Planchon (Le Figaro) doutent de l'efficacité de cette communication. À trop vouloir donner dans l’exemplarité pour inciter à la sobriété énergétique, l’exécutif prend le risque de sombrer dans la communication paternaliste.


Le grand retour de l’infantilisation

Par Nathalie Schuck

Les communicants de l'exécutif se seraient-ils inspirés de la série The Crown de Netflix pour sensibiliser les Français à la sobriété énergétique à l'orée d'un hiver incertain ? Si oui, disons-le, c'est raté ! Dans la saison 3, feu la reine Elizabeth II affronte avec dignité les graves coupures de courant provoquées à l'hiver 1972, à l'aube du premier choc pétrolier, par un âpre conflit entre les mineurs et le gouvernement du conservateur Edward Heath. La souveraine britannique, à l'unisson de ses sujets pétrifiés de froid, s'éclaire à la bougie au palais de Buckingham et multiplie les couches de vêtements, sans que quiconque crie à la supercherie. C'est peu dire que les récentes sorties de macronistes pressant les Français de se mettre aux écogestes ont, a contrario, irrité jusque dans les rangs de la « majorité » – ou, du moins, ce qu'il en reste.

C'est le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui vante les vertus du col roulé, promettant de ne pas allumer le chauffage à Bercy tant que la température ne chutera pas sous les 19 degrés, la Première ministre qui s'affiche en doudoune et polaire ou le député Renaissance de Paris Gilles Le Gendre qui confie sur France Info TV avoir renoncé à son sèche-linge énergivore pour un banal étendoir. Il y a quelques jours déjà, les ministres du pôle écologie-transports Christophe Béchu et Clément Beaune s'étaient mis en scène à vélo dans les rues de Paris. Méritoire, certes.


Au secours, les nounous sont de retour !

Par Ronan Planchon

En France, à défaut d'avoir du gaz, on a des idées. D'Emmanuel Macron à Gilles Le Gendre en passant par Olivier Véran et Bruno Le Maire, députés et ministres n'en finissent plus de présenter des nouvelles mesures pour compenser la crise énergétique et surtout, de distiller des conseils aux Français, avec un mot d'ordre: chaque geste compte. Sans exception.

À quelques mois d'un hiver placé sous le signe de la «sobriété énergétique», certains n'ont pas peur de montrer l'exemple quitte à en venir aux mesures les plus extrêmes. Ce mercredi 28 septembre, invité de France Info, le député LREM de Paris Gilles Le Gendre a confié qu'il n'utilisait plus son sèche-linge et étendait désormais ses vêtements à la main. Époustouflant ! Une réponse immédiate aux dernières déclarations du ministre de l'Économie qui, la veille, a montré que lui aussi pouvait casser les codes: «Vous ne me verrez plus avec une cravate, mais avec un col roulé. Et je pense que ce sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d'énergie, de faire preuve de sobriété», a indiqué Bruno Le Maire au micro de France Inter. On sait depuis longtemps que les vrais héros ne portent pas de cape, on découvre aujourd'hui qu'ils ne mettent plus non plus de cravate.

En attendant que l'exécutif ne distribue des «chèques col roulé [...] afin de contrer les effets de la hausse des prix de l'énergie», comme l'a suggéré sur Twitter un chercheur spécialisé dans la sécurité intérieure, non sans ironie, tout le monde peut (et doit) «agir à son échelle» pour éviter d'éventuels rationnements ou des coupures de gaz ou d'électricité cet hiver. C'est le président de la République en personne qui le dit. Le 5 septembre, Emmanuel Macron s'était livré à un numéro d'infantilisation des Français de haute volée devant la presse, invitant ses concitoyens à «changer les comportements», à «mettre la clim' un peu moins fort» quand il fait chaud et «le chauffage un peu moins fort» lorsqu'il fera froid, «autour de 19 degrés dans la pièce». Un rappel salutaire pour ces millions de Français qui avaient sans doute envisagé d'augmenter leur chauffage d'une dizaine de degrés en janvier prochain pour le plaisir de voir leur facture d'électricité s'envoler. Le chef de l'État marchait alors dans les pas du porte-parole du gouvernement. Au cœur d'un été caniculaire, le 20 juillet, Olivier Véran avait douché les espoirs de tous ceux qui auraient pris l'habitude de laisser leur téléviseur allumé lorsqu'ils partent prendre l'air sur la Côte d’Azur: «Quand on part en week-end ou en vacances, on débranche un maximum de prises électriques parce qu'elles continuent sinon de consommer de l'énergie», avait-il souligné, exhortant les Français à éteindre la lumière dans les pièces qui ne sont pas utilisées.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police