https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Alexandre Del Valle : l'incroyable business de l'immigration clandestine

Vendredi dernier, la ministre de l'Intérieur du gouvernement Conte, Luciana Lamorgese, a décidé d'augmenter les remboursements alloués aux centres d'accueil pour migrants (illégaux), somme que Matteo Salvini avait ramenés de 35 à 19 euros. Cette augmentation du remboursement étatique pour chaque migrant hébergé est une aubaine pour les trafiquants, les ONG, les centres d'hébergement et les hôteliers dont l'immigration illégale est un business juteux. D'après Pierfrancesco de Robertis, auteur de l'essai Migrants spa. Le business de l'immigration: chiffre, victimes et bourreaux, l'État italien dépenserait 5 à 7 milliards d'euros par an pour l'accueil des migrants depuis 2015. L'auteur montre que le pactole alimente des « centaines d'ONG douteuses, de coopératives sociales improvisées et des associations ou entreprises aventureuses qui exploitent la nouvelle manne ». Il déplore que nos dirigeants « observent mais ne contrôlent pas, parce cette situation convient à beaucoup »… D'après le ministère italien de l'Intérieur, en 2018, les dépenses de l'Etat consacrées à l'immigration clandestine ont atteint 4,7 milliards d'euros. En France, le chiffre se situerait entre 4 et 5 millions (alors que la France n'a pas à payer les énormes coûts des arrivées constantes de migrants en mer), suivant que l'on inclut ou pas les frais des expulsions d’étrangers en situation irrégulière (500 millions d’euros en 2018) et les coûts indirects. Déjà, en 2015, un rapport de la Cour des comptes estimait qu’il fallait compter 13 000 € par réfugié jusqu’à obtention de l’asile, et 5500 € par personne pour les déboutés. La dépense totale, deux milliards, a doublé depuis en raison du nombre grandissant d'illégaux et de demandeurs d'asile puis des budgets en augmentation croissante de l'Aide Médicale d'Etat (AME) accordé aux migrants irréguliers (1 million par an) et des mineurs non-accompagnés qui coutent deux milliards annuels…

Lire la suite de l'article

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !