https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Pascal Bruckner – Affaire Griveaux : les justiciers de la vertu

En 1929, le mathématicien et Prix Nobel Bertrand Russell, surnommé le « Voltaire anglais », publie un essai contre la pruderie victorienne de son temps, Le Mariage et la morale. Dans ce pamphlet il préconise, à l'envers de l'hypocrisie britannique, une solution « à la française » aux problèmes conjugaux : grande tolérance vis-à-vis des passades, pour l'homme comme pour la femme, pourvu qu'elles n'interfèrent en rien dans la vie du couple et ne gênent pas l'éducation des enfants. La quiétude conjugale s'accommode de petits arrangements entre conjoints qui sont la marque d'un vrai raffinement. Puisque tout le monde a été, au moins une fois dans sa vie, trompeur ou trompé et que l'on survit aux vagabondages de son conjoint, quelles que soient les douleurs éprouvées, il est instructif de lire aujourd'hui cet essai savoureux. Il est vraisemblable que Bertrand Russell a idéalisé le mariage à la française où la jalousie et le malheur font des ravages comme ailleurs.

À la soviétique. S'il venait à Paris en février 2020, le mathématicien britannique serait désarçonné de trouver un pays qui ressemble de plus en plus à la Grande-Bretagne qu'il vomissait en son temps, les réseaux sociaux et les tribunaux populaires en plus.

Lire la suite de l'article

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !