https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

Revendications raciales et climatiques: des intersectionnalités paradoxales - Par Sami Biasoni

L’histoire contemporaine de notre pays, celle du siècle écoulé dont certains peuvent encore témoigner, n’a vraisemblablement connu que deux moments de convergence réelle des luttes sociales : la victoire démocratique du Front populaire en 1936 et la jonction entre les mouvements étudiants et ouvriers lors des grèves générales de mai 68. Depuis, nous assistons à une succession plus ou moins heureuse de juxtapositions des causes, où ce qui motive celui qui manifeste c’est autant le trauma socio-psychologique lié à son identité propre que la conviction profonde en un noble idéal partagé. Il suffit pour s’en convaincre d’en revenir aux événements de Nuit debout en 2016 ou aux derniers Actes du mouvement des Gilets jaunes, épisodes marqués par la désunion militante et par l’impasse de la définition d’une ligne revendicative commune.


Suite à la mort tragique de George Floyd en mai 2020, on a vu différentes manifestations se tenir en France à l’initiative conjointe d’associations environnementalistes et de groupuscules racialistes se réclamant d’une forme nouvelle d’intersectionnalité. Ce concept, initialement développé dans les années 1990, vise à qualifier la condition particulière des individus au travers de l’analyse du croisement cumulatif des oppressions qu’ils subiraient du fait même de leur naissance ou de leurs choix : couleur de peau, genre, sexualité, invalidité fonderaient ainsi les catégories décisives scellant le sort de tout un chacun. À partir de l’axiome selon lequel « la justice climatique [serait] une justice sociale » (climate justice is social justice) la pensée progressiste postmoderne tente aujourd’hui de réaliser la jonction entre les luttes écologiques et décolonialistes, évoquant la crise environnementale comme levier d’oppression supplémentaire et renforçant ipso facto les fondations de l’édifice intersectionnel.

Revendications raciales et climatiques: des intersectionnalités paradoxales – Observatoire du décolonialisme (decolonialisme.fr)

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !