https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Céline Pina: «La parole politique doit maintenant être à la hauteur»

«Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises» a déclaré Sibeth Ndiaye, à l’issue de conseil des ministres ce mercredi 25 mars, suite à l’appel du gouvernement de rejoindre «la grande armée de l’agriculture française». L’exemple a fait scandale, blessant les professeurs qui essaient d’assurer, malgré la situation, la continuité pédagogique et poussant immédiatement la porte-parole à s’excuser. Mais le mal était fait. Or dans la période anxiogène et violente que nous traversons, tout accroc dans la communication suscite la défiance et le rejet, fracture l’union sacrée face au danger et sape l’autorité et la capacité d’action du pouvoir. Plus que jamais le manque de professionnalisme, de sensibilité et de compétence peuvent avoir des conséquences dramatiques sur la réception du message, l’acceptation des contraintes et l’adhésion aux mesures nécessaires. En cela l’accumulation de maladresses peut être à la fois dommageable et dangereuse.
Lire la suite de la tribune dans LeFigaro.fr

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !