https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Marc Rameaux: Du bon usage de l'économie de marché

Cet ouvrage aborde l'économie de façon entièrement novatrice. Lieu de tous les paradoxes, l'économie oppose à toute action ses effets contraires. Tout est à double tranchant dans la pratique du capitalisme. Le Tao de l'économie invite à cette navigation fine, appuyé par 25 ans d'expérience au sein de grandes sociétés industrielles et de services. D'inspiration libérale, cet essai congédie sévèrement la dérive dogmatique du libéralisme. Il montre comment l'Union européenne engendre un nivellement par le bas et pourquoi l'opposition entre libre-échange et protectionnisme est un faux débat. Son dernier chapitre débouche sur un modèle économique inédit.

FIGAROVOX/ENTRETIEN - À l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage, Marc Rameaux appelle à une vision plus équilibrée de l’économie de marché. Selon lui, il est nécessaire de concilier les vertus du libéralisme et du souverainisme pour construire une économie viable.
FIGAROVOX.- Pourriez-vous préciser les définitions de l’économie de marché et du libéralisme sur lesquelles votre ouvrage est fondé?
Marc RAMEAUX.- Selon ma définition, l’économie de marché est une organisation de l’économie laissant les acteurs économiques décider et agir librement, sans intervention étatique, dans les limites de la loi. L’économie de marché est auto-organisée : la fixation des prix, des volumes et des types de biens échangés est la résultante des seules actions individuelles. Par opposition, l’économie planifiée décide volontairement, par une action gouvernementale, de la production et du niveau de prix des biens échangés.
Pour ce qui est du libéralisme, il s’agit d’une doctrine politique et économique fondée sur la responsabilité individuelle, l’autonomie de l’individu, la liberté économique et le respect de la propriété personnelle.
Vous estimez que l’ode sans nuances à l’économie de marché est dangereuse. Quelles critiques peut-on légitimement adresser à l’économie de marché aujourd’hui?
Mal employée, l’économie de marché ne fixe aucune limite à la précarité des individus, laissant à la seule charité le soin d’aider les personnes en situation de survie.
Elle peut aboutir à une concurrence uniquement sur les prix et sur la vitesse, au détriment de la qualité, à un nivellement par le bas des conditions de vie. Les abus commis sur les travailleurs détachés ou sur l’offshoring en sont deux exemples.
Lire la suite de l'entretien sur LeFigaro.fr

LA TRIBUNE/OPINION - Lorsque la crise sanitaire du Coronavirus a débuté en Chine, nombre de réactions en Occident ont manifesté de la condescendance à l'égard du développement économique chinois. C'est sous-estimer l'avancée technologique du pays qui repose sur l'alliance entre libre échange commercial et protectionnisme sur les savoirs et savoir-faire. Libéralisme et souverainisme sont complémentaires. Et la crise du Coronavirus pourrait bien confirmer la puissance de la Chine. 

La crise sanitaire dans laquelle nous sommes maintenant plongés a révélé d'étranges comportements et des pensées enfouies. Aux tous débuts de la pandémie, lorsque celle-ci était limitée presque exclusivement au territoire chinois, l'on s'aperçut à quel point le développement de la Chine pouvait gêner nombre d'Occidentaux.

« Irresponsabilité », « dissimulation et mensonge », « pratiques détestables de développement et de consommation animale au mépris de l'environnement », les commentaires mêlaient allègrement la condamnation - justifiée - du gouvernement chinois et un blâme s'étendant à tout un peuple. Il y avait presque une jubilation accompagnant cette condamnation.

Ces réactions montrèrent un peu plus tard leur vrai visage : la crise sanitaire était l'occasion de rabaisser l'ensemble du développement économique chinois. Leur succès économique et technologique ne pouvait être que factice, leurs réalisations en trompe-l'œil, leur développement dû à des pratiques plus « singées » de l'Occident que véritablement comprises.

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !