https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Isabelle Barbéris: «Ce nouvel académisme progressiste étouffe la liberté de création»

D'où vient le « politiquement correct » de la culture ? La diversité culturelle, jusqu'alors au service de la défense du pluralisme, s'est depuis aventurée dans la comptabilité ethnique et biologique au sein du milieu culturel. Elle a alors été prétexte à la construction d'un nouvel académisme en art, accompagné de censures fondées sur un supposé « droit à représenter », où les dogmes ethno-différentialistes mettent à bas les fondements universalistes qui permettent de faire société. Le nouvel académisme anti-culturel, qui tue à la fois l'académisme et la contre-culture, transforme l'art en ingénierie sociale et en moyen de contrôle, au nom de notre propre émancipation, et joue le rôle d'un miroir grossissant. Il faut s'en inquiéter : le politiquement correct viendra-t-il à bout des règles les plus élémentaires de la vie démocratique ?
FIGAROVOX/ENTRETIEN - Maître de conférences en arts du spectacle à l’université Paris-Diderot et chercheuse associée au CNRS, l’auteure de L’Art du politiquement correct s’inquiète de la progression de la nouvelle pensée culturelle au sein des institutions nationales.
LE FIGARO MAGAZINE. - De plus en plus d’expositions, de manifestations du spectacle vivant sont interdites, réécrites ou réinterprétés à la lumière des impératifs progressistes. S’agit-il d’un véritable phénomène de censure menaçant la liberté de création, ou bien d’événements marginaux dont il ne faudrait pas s’inquiéter?
Isabelle Barbéris. - C’est tout sauf marginal! Il s’agit bien d’un nouvel académisme désormais institutionnalisé au sommet de l’appareil d’État - qu’il s’agisse d’opéra, de cinéma, d’audiovisuel, de théâtre. Il a ses institutions et ses porte-parole, galvanisés par la bonne conscience. Ce «progressisme», narcissique et régressif, celui du décolonialisme, de l’intersectionnalité et de l’ethnodifférencialisme, s’invite dans les instances conservatoires les plus prestigieuses: on met donc du En marche! là où la mission est de conserver! Et le mouvement symétrique existe. Il complète le processus de liquidation des valeurs: le conservatisme s’invite dans les lieux d’avant-garde ; le palais de Tokyo invite le Qatar ; l’on crée des établissements culturels qui confondent culte et culture, comme l’Institut des cultures d’islam, récemment le paquebot Institut français de civilisation musulmane.
Lire la suite de l'entretien sur LeFigaro.fr

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !