https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

"Si tu vois tout en gris, déplace l’éléphant"

Un regard philosophique intelligent, décomplexé et décomplexant sur notre vie quotidienne. Dans ces "bulles" de pensées, traversées par un fourmillement de références à l'histoire culturelle et à la philosophie classique, Pascale Seys porte un regard "dézoomé ", tantôt grave, tantôt léger, sur nos façons d'agir et de penser. Prenant le pouls d'un monde pressé, elle nous invite à réfléchir au temps qui passe, à l'ambiguïté du bonheur et aux affres du désir, à la splendeur du cosmos, aux vertus du retard, des voyages et de la poésie, autant de mythologies de notre quotidien qui nécessitent, pour être considérées pour ce qu'elles sont, de "déplacer l'éléphant ".




Quelle belle aventure que celle de Pascale Seys, docteur en philosophie, l’enseignant à l’université et en écoles supérieures et la professant, en tant que chroniqueuse et productrice radio, sur Musiq’3 à la RTBF, sur l’antenne de laquelle elle « décorTics » des sujets d’actualité en y projetant le regard de penseurs de notre temps et d’antan.

Elle a réuni une cinquantaine de ses billets, qui passent chacun en quelque trois minutes à la radio, dans un ouvrage de fort belle facture que les éditions Racine ont publié à la fin de l’année dernière, Si tu vois tout en gris, déplace l’éléphant. L’époque actuelle ne se prête-t-elle pas à prendre un peu de distance aussi par rapport à soi-même et à se laisser entraîner par une philosophie vagabonde sur l’humeur du monde ?

L’un de ces billets, « L’avenir, cette inconnue », que chacun se souhaite ravissante et résolue, n’est-ce pas, fournit une fort opportune mise en route. Il en est temps car entre-temps le temps, lui, a déjà continué sa route. N’en ayons pas la nostalgie, ce serait souffrance, l’étymologie du mot provenant du grec ancien νόστος (nostos, retour) et ἄλγος (algos, souffrance), la Sehnsucht des romantiques allemands, rappelle Pascale Seys, à ceux qui ont pratiqué le grec ancien en même temps que le latin sur les bancs de l’athénée et qui cultivent quelques notions de la langue de Goethe.
Lire la suite de l'article gratuitement sur Palengenesie.com

Aidons-les

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !