https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Jean-François Colosimo: «Face à l’agression d’Erdogan, jusqu’où ira la naïveté des Européens?»

L’Orient commence au Bosphore. Il n’a de vraiment compliqué que les illusions, les méprises et les oublis que l’Europe se complaît à entretenir à son sujet. À force de médiocres calculs sur un siècle de son existence, il nous est ainsi devenu naturel de juger la Turquie incompréhensible, puis ordinaire d’en subir les diktats. Aujourd’hui encore, nous refusons de voir avec quelle symétrie elle s’applique à transgresser les frontières au Levant et à agresser l’Union européenne à ses frontières. Nous préférons ignorer qu’user des migrants comme une troupe d’appoint en les faisant passer du statut d’otages au rang de supplétifs et en les convoyant massivement vers l’Ouest ne suppose pas moins une logique d’affrontement qu’intervenir à l’Est en y transportant des blindés pour asseoir un projet d’annexion. Nous nions combien un troc engageant la rétention d’une crise humanitaire contre l’octroi d’un soutien diplomatique à un insensé aventurisme militaire représente un insoutenable ultimatum. Or toute paix que l’on croit pouvoir acheter à un belliciste a pour prix sa surenchère. Les chancelleries et la Commission ont beau protester du droit, l’Europe, à la manière de la dernière Rome, finira par payer un nouveau tribut à la force et, immanquablement, le montant de la rançon s’aggravera. Pour autant, notre faute la plus essentielle consiste dans notre amnésie consentie.

Lire la suite de l'article sur LeFigaro.fr

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !