https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Marcel Gauchet: «Si cette crise pouvait être l’occasion d’un vrai bilan et d’un réveil collectif!»

LE FIGARO.- La crise du coronavirus a révélé les failles d’un système de santé que l’on croyait parmi les meilleurs du monde ainsi que notre extrême dépendance envers la Chine. Comment en est-on arrivé là?
Marcel GAUCHET.- Sommes-nous réellement toujours parmi les meilleurs du monde? Nous l’avons été, mais nous ne le sommes probablement plus. Entendons-nous: nous bénéficions d’un acquis historique formidable, et si on prend pour point de comparaison les pays du Sud les plus démunis, nous figurons toujours parmi les ultraprivilégiés. Mais c’est la tendance globale qu’il faut envisager. Nous disposons d’établissements de pointe qui sont au meilleur niveau mondial.
Mais cette brillante zone d’excellence (qui est celle que fréquentent nos élites) cache un tableau d’ensemble moins reluisant. C’est vrai de la même façon de notre système d’enseignement. Il conserve des formations de premier plan qui continuent de sortir des chercheurs et des ingénieurs que l’on s’arrache dans le monde entier. Mais cette réussite maintenue au sommet dissimule le délabrement général. Les médecins et les soignants ne criaient pas en vain dans le désert depuis des mois et des années. Si cette crise pouvait être l’occasion d’un vrai bilan et d’une vraie photographie de notre situation, elle aurait servi à quelque chose.
Lire la suite de l'entretien dans LeFigaro.fr

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !