https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

En marche : le pari fou du macrono-maoïsme pour 2022 ? - Par Edouard Husson et Maxime Tandonnet

La République en marche va revoir son organisation et renouveler ses cadres locaux en vue de l’élection présidentielle de 2022. Le parti a l'intention de se restructurer autour de causes et de cellules, sur le modèle associatif. Cette évolution est-elle annonciatrice d'un changement d'organisation des instances directrices du parti ?



Atlantico : Emmanuel Macron en 2017 avait à plusieurs reprises fait référence à Mao Zedong, parlant notamment de « Révolution culturelle » et allant jusqu’à affirmer publiquement qu’il était maoïste, reprenant les mots du Grand Timonier : « Un bon programme économique est un programme qui marche ». Reproduit-il maintenant la même structure de parti ?

Edouard Husson : Qu’Emmanuel Macron ait, fondamentalement, une culture de gauche, qui en douterait? Progressisme, européisme, individualisme forcené et machiavélisme constituent les ingrédients d’un néo-jacobinisme à qui ne manquent ni le centralisme ni la capacité à la répression - comme l’a montré la brutalité à l’encontre des Gilets Jaunes. Que l’auteur du livre «Révolution », manifeste d’un héritier des bourgeois révolutionnaires du grand Bassin Parisien, se soit réclamé de Mao par coquetterie, c’est une chose; qu’il soit vraiment maoïste est plus douteux. En particulier, il manque à Emmanuel Macron de disposer d’une véritable base militante et d’une référence idéologique partagée avec ses partisans.

Cinq ans après la création et quatre après l’arrivée au pouvoir d’un mouvement qui souhaitait sortir des cadres institutionnels de partis autant que du clivage politique, LREM est redevenu un parti qui est souvent montré du doigt pour sa très forte hiérarchisation (« députés gaudillots, playmobils ») et pour être entièrement construit autour des décisions et positions d’Emmanuel Macron. La décision de restructuration de celui-ci, en vue de la campagne électorale de 2022, autour de causes, de cellules, sur le modèle associatif, locales et hors de la stricte hiérarchie, est-elle compatible avec ce qu’est devenu le mouvement, ou s’agit-il irrémédiablement ou d’un effet de manche démocratique, ou d’un échec annoncé ?

Edouard Husson : Si nous voulons malgré tout utiliser la référence maoïste, on dira « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent ! » Mais, encore une fois, dans la Chine de Mao, cela se produisait dans le cadre d’une société déjà très encadrée par le parti unique. Et Mao cherchait avant tout à débusquer ses rivaux grâce à un appel rusé à la « spontanéité ». Ce qui est certain, c’est que la faiblesse de LREM, c’est précisément l’absence d’initiatives possibles dans un parti très contrôlé depuis l’Elysée. ce n’est pas pour rien qu’une vingtaine de députés ont quitté le groupe depuis 2017. Qu’Emmanuel Macron veuille, de la sorte, donner l’impression d’un nouveau souffle se comprend bien. Il faudra en particulier disposer de nouveaux candidats pour les élections législatives car il est probable qu’un certain nombre d’élus de 2017, déçus, ne se représenteront pas.

Maxime Tandonnet : Cette initiative est en effet fascinante par ce qu’elle révèle ou confirme : le naufrage de la politique française. En effet un parti politique a pour vocation de recueillir des attentes ou des inquiétudes populaires et de les convertir en projet de société. Un parti politique sert à rassembler ce qui est éparpillé. Son objectif est donc de transformer des passions dispersées en un programme cohérent. La démarche LREM est exactement inverse : l’idée serait d’inviter chaque parlementaire ou chaque élu et chaque militant, à développer sa propre « cause ». Il n’est donc plus question d’un débat d’idées débouchant sur une action collective, mais de sublimation narcissique autour de sujets à la mode (climatisme, diversité, bien-être animal, etc.) Cela n’a évidemment plus rien à voir avec l’idée de projet collectif et d’action en vue du bien commun. Nous sommes là au cœur même de la destruction du politique.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !