https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

Philippe Bilger et Guillaume Bigot : Explosion de la violence en France, comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?


Atlantico : Le Figaro s’est procuré un édifiant état des lieux dressé par les services de police et de gendarmerie qui détaille 72 heures de violences au milieu de l'été. Quelle analyse portez-vous sur l’évolution de la violence en France au cours de ces 50 dernières années ?

Philippe Bilger :
C’est une évolution extrêmement préoccupante. Pour reprendre les termes du ministre de l’Intérieur, la France fait face aujourd’hui à un véritable « ensauvagement » de certains membres de sa population. Je comprends les résistances face à ce terme : la France est une démocratie riche de sa civilisation, il est difficile qu’elle puisse être porteuse d’une forme de sauvagerie. Pour autant, face au reportage du Figaro qui sur plusieurs jours et sur l’ensemble du territoire, fait l’inventaire de toutes les infractions délictuelles qui ont été commises, nous sommes dans l’obligation de constater que non seulement la délinquance et la criminalité augmentent, mais aussi qu’elles prennent un tournant nouveau et dangereux : la gratuité de cette violence. C’est un tableau effrayant, traumatisant, qui ne peut susciter qu’indignation et horreur.

Les causes sont profondes et multiples. Il existe dans notre pays une minorité de transgresseurs, qui trouve dans la délinquance et la criminalité de quoi extérioriser une aigreur naturelle, et contre laquelle rien ne pourra jamais être accompli.

Guillaume Bigot : Le document publié par le Figaro rappelle que, derrière les statistiques du ministère de l’Intérieur, se cachent des éclats d’os et des vies brisées (par des handicaps ou des blessures graves), du sang et des larmes.

On y retrouve plusieurs trames qui se tissent pour expliquer le caractère protéiforme de l’orange-mécanisation du pays.

L’extrême brutalité des violences conjugales forme une première trame alors qu’Emmanuel Macron avait fait de ce sujet une grande cause du quinquennat.

Cette propagande autour des violences faites aux femmes (qui a parfois viré à la thérapie de groupe destinée à persuader les Français hétérosexuels qu’ils étaient tous des violeurs en puissance) a peut-être servi à faire diversion mais n’a pas servi à dissimuler, qu’en matière de lutte contre la violence, le déclamatoire était vide de sens.

L’unique réponse, nécessaire mais insuffisante face à la violence, c’est l’usage ou la démonstration sans équivoque de la force.

Le trafic joue un rôle prééminent dans le déchaînement de violences, telle est la deuxième trame. Les agressions essuyées par les forces de l’ordre (incendies de véhicules, guet-apens) sont presque toujours le fait de jeunes aspirant au statut de dealers ou qui jouent un rôle “mineur” dans le trafic.

La gravité extrême de certains faits constitue la troisième trame. Pendant des décennies, des sociologues autruches nous ont expliqué que le nombre d’homicides diminuait. Cette tendance est désormais enrayée. Le petit sauvageon est devenu un grand barbare qui désormais brûle, éventre, égorge et décapite ses victimes.

Enfin, l’extrême dissémination géographique de l’ultra violence ne manque pas de frapper. La France périphérique n’est pas épargnée (Pornic, Loire Atlantique, Avernes Allier, Mirbel les Échelles, Isère, Fomperon, Deux-Sèvres), même si les « quartiers » sont surreprésentés comme producteurs mais aussi, ne l’oublions pas, comme victimes. Si les Maghrébins ou les Français d’origine maghrébine sont à 80 % les auteurs de cet ensauvagement, ils en sont aussi les principales cibles.

Un dernier phénomène saute aux yeux. À lire ce document, on comprend que quelque chose est en train de se passer, dans toutes les strates de la société, quelle que soient les origines ethniques, qui ressemblent à une dé-civilisation. Ce que le philosophe Éric Sadin appelle la montée des légitimes violences.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !