https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Patrick Aulnas : Une pensée politique nouvelle, le libéralisme

L’ultralibéralisme économique, un fantasme de la gauche

Le mot libéralisme suscite la controverse pour tous ceux qui le réduisent au libéralisme économique, assimilé à une idéologie cautionnant le capitalisme. Le mot ultralibéralisme revient souvent dans les discours de la gauche radicale à propos des sociétés occidentales. Face au secrétaire général du Parti communiste Georges Marchais, Jacques Chirac avait un jour répliqué : « Plus c’est gros, mieux ça passe ». Nous y sommes encore. Avec des dépenses publiques oscillant entre 38% du PIB pour les États-Unis et 57% pour la France, selon l’OCDE, il est évidemment impossible de soutenir que nos sociétés sont économiquement ultralibérales.

Au début du 20e siècle, les dépenses publiques étaient partout inférieures à 10% du PIB. Elles ont donc été multipliées par 4 à 6 en valeur relative, ce qui représente une évolution gigantesque en valeur absolue, étant donné le niveau élevé de la croissance économique au XXe siècle. Pour avoir une petite idée de cette réalité, on peut utiliser le PIB par habitant de la France en € constants : il passe d’environ 7 000 € en 1950 à 32 000 € en 2011.

Autrement dit, une part fortement croissante d’une richesse elle-même fortement croissante a été dévolue à l’initiative publique depuis un siècle. Nous vivons donc dans des sociétés très socialisées qui, en général, feignent de l’ignorer. Alors que le libéralisme économique dominait dans les pays occidentaux en 1900, il est devenu résiduel.

Évidemment, la puissance des grands groupes capitalistes évoluant à l’échelle mondiale est beaucoup plus importante qu’il y a un siècle. Cette puissance résulte des masses financières que ces groupes sont capables de mobiliser sur les marchés des capitaux du monde entier. Mais les masses financières gérées par les États par la violence légitime (prélèvements obligatoires) ou par l’emprunt sont encore plus importantes.

Le libéralisme économique, au sens classique, n’existe plus. Et s’il a existé, c’est pendant une courte période de notre Histoire, le XIXe siècle, et seulement dans quelques pays. L’ultralibéralisme économique, comme la théorie de la concurrence pure et parfaite développée par les économistes classiques, n’a jamais existé que dans certains esprits. C’est une chimère pour politiciens intellectuellement malhonnêtes.

Le socialisme et l’écologisme contre l’autonomie de l’individu

Mais le libéralisme ne se résume pas à l’économie. Il est d’abord politique, et peut-être avant tout politique. Il apparaît vraiment au XVIIIe siècle, avec l’esprit des Lumières. L’autonomie de l’individu se substitue alors progressivement à l’ancienne hétéronomie qui imposait à tous un cadre social et politique rigide et intangible : souverain de droit divin, appartenance à un ordre (noblesse, clergé ou tiers-état), religion officielle, etc. Désormais l’homme libre désignera ses gouvernants, choisira ou non une religion, pourra exprimer sa pensée et n’appartiendra à aucun autre ordre que l’humanité. Son universalité fait sortir l’individu des catégories imposées, dans lesquelles le maintenait le pouvoir politique ancien.

Le libéralisme conduit inéluctablement à limiter le pouvoir politique. La tendance naturelle du pouvoir politique étant d’accroître sans cesse sa puissance, il est nécessaire d’instaurer des contrepouvoirs dans la société (collectivités locales, associations, syndicats, etc.) et de respecter le principe fondamental de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Tout cela a été mis en œuvre, selon des modalités diverses, dans les pays occidentaux. Mais, depuis, rien de fondamental n’a vu le jour dans le domaine de la pensée politique. Les pensées postérieures au libéralisme proposent toutes de réduire notre liberté.


  • Le marxisme impose un retour vers l’hétéronomie. La dictature du prolétariat, comme l’histoire du communisme l’a montré, n’est qu’un grossier subterfuge pour abolir totalement l’autonomie individuelle.

  • Le socialisme démocratique (social-démocratie) procède avec moins de brutalité, mais aboutit malgré tout à cette douce tyrannie de l’égalité qu’évoquait déjà Alexis de Tocqueville. Tout choix devient social et politique, presque rien n’est individuel. Ou est alors l’autonomie de l’individu ?

  • Ne parlons même pas des radicalismes d’extrême-droite (fascisme, nazisme) qui haïssent l’idée même de liberté individuelle.

  • Quant au dernier-né de la réflexion politique, l’écologisme, il subordonne tout à une seule idée dominante : lutter contre l’élévation des températures sur notre planète. Il faudra utiliser la contrainte politique pour y parvenir. La croissance du pouvoir contre l’autonomie individuelle est une nécessité absolue pour l’idéologie écologiste.



L’obsession des idéologues : subordonner l’individu au groupe

La remise en cause de la liberté prend souvent des formes sournoises, mais désormais bien connues. Il s’agit toujours de construire un monde nouveau, présenté comme édénique : la société sans classes, le monde de l’égalité parfaite, le retour à l’harmonie homme-nature, le monde d’après... Seul le libéralisme ne propose aucune construction sociale nouvelle : il laisse les individus libres choisir leur destin. Il leur demande seulement d’agir avec pragmatisme en se défiant des pouvoirs excessifs, qu’ils soient politiques (les États) ou économiques (les entreprises monopolistiques, oligopolistiques).

Le libéralisme apparaît ainsi comme la pensée politique la plus novatrice. Les nouveaux constructivismes, apparus après le XVIIIe siècle, ne proposent qu’un retour de l’ancienne hétéronomie : l’individu doit toujours être subordonné au groupe.

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !